Soigner les infections urinaires chez la femme

Les infections urinaires peuvent être localisées au niveau de la vessie, c’est ce que l’on appelle une cystite, ou au niveau des reins, l’infection porte alors le nom de pyélonéphrite. La plupart des infections sont provoquées par des bactéries, le plus souvent par le germe « Escherichia Coli ». Les cystites sont les infections bactériennes les plus fréquentes chez les femmes, on estime qu’environ 50 % des femmes souffriront au moins d’un épisode d’infection urinaire durant leur vie.

La cystite se manifeste par des douleurs ou des brûlures en urinant, une envie fréquente d’uriner, souvent aussi une douleur ou une pesanteur dans le bas-ventre, parfois par la présence de sang dans les urines. Les urines peuvent être troubles et malodorantes.

Une pyélonéphrite est une infection qui touche un rein. L’infection se propage le plus souvent en remontant les voies urinaires depuis la vessie. Les symptômes de la pyélonéphrite débutent soudainement avec l’apparition de frissons, de fièvre, d’une douleur au bas du dos, de nausées et de vomissements. Près d’un tiers des personnes souffrant de pyélonéphrite présentent également des symptômes de cystite.

Le médecin décidera parfois d’effectuer des examens complémentaires. Cela peut être un test qui se réalise en quelques minutes sur une bandelette baignée dans l’urine, d’autres fois un examen qui porte le nom de « culture d’urine » et qui donnera un résultat en quelques jours. Une culture d’urine permet de confirmer la présence d’une infection, d’identifier la bactérie responsable et enfin de s’assurer que l’antibiotique qui vous est donné est efficace.

Il n’est pas toujours aisé de distinguer une infection urinaire d’une infection gynécologique. L’examen de vos symptômes et l’analyse de vos urines permettront parfois au médecin d’écarter le diagnostic d’infection urinaire, il vous adressera alors peut-être vers votre gynécologue.

Les causes

Les infections urinaires sont fréquentes chez les femmes car les bactéries remontent de la région du vagin et de l’anus, où des bactéries sont naturellement présentes, jusque dans la vessie. Une infection urinaire peut aussi être secondaire à un rapport sexuel, car les mouvements effectués peuvent favoriser la migration des bactéries dans la vessie. Les changements hormonaux observés lors de la ménopause favorisent la survenue d’une cystite à cette période de la vie.

Les traitements

Les infections urinaires sont traitées par des antibiotiques. La durée du traitement est plus courte pour une cystite que pour une pyélonéphrite. Le médecin qui vous prescrira un antibiotique vous dira toujours pendant combien de jours vous devrez prendre le traitement.

Les symptômes diminuent le plus souvent durant les trois premiers jours de traitement, l’évolution est parfois plus lente, notamment en cas de douleurs importantes au moment du diagnostic ou lors d’infections à répétition.

Les médecins donnent parfois aux femmes qui souffrent fréquemment de cystites, et qui sont capables de reconnaître les symptômes d’une infection, un antibiotique de réserve qu’elles pourront utiliser lors de leur prochaine infection.

Contrairement à ce qui est souvent dit, les « cranberries » (airelles) ne sont pas efficaces pour traiter les infections urinaires.

Comment éviter les infections urinaires ?

Face à des infections urinaires fréquentes, le premier conseil qui peut être donné est de boire suffisamment. Pour les femmes qui ont des infections urinaires liées aux rapports sexuels, il est conseiller d’aller uriner après chaque rapport. Les femmes chez qui les infections urinaires apparaissent à la ménopause recevront parfois des traitements à base d’œstrogène.

Pour en savoir plus

Si vous souhaitez en savoir plus, vous trouverez des informations sur les infections urinaires sur le site Planète santé. Vous trouverez aussi sur l’Atlas médical du CHUV une vidéo qui vous expliquera en image ce que sont les infections urinaires.

 

« Retour à la liste