Notre philosophie

Une vision nouvelle
de la médecine digitale

Une prise en charge médicale de qualité, à un prix accessible, réalisable de n’importe où, dispensée en 8 langues, c’est le pari de Soignez-moi.ch.

Notre réflexion provient du manque aigu prévu de médecins généralistes et de relève ainsi du fait que 20% de la population suisse dit renoncer à consulter un médecin pour des raisons économiques. Nous désirons offrir des consultations de qualité pour des symptômes simples accessibles sans attendre.

De plus, la santé digitale entre dans notre quotidien et va certainement bouleverser l’approche de la médecine actuelle. Aujourd’hui, les patients souhaitent:

  • Éviter de se déplacer inutilement et perdre du temps dans les salles d’attente
  • Recevoir une évaluation médicale, ainsi que les médicaments associés si besoin, afin d’être soulagés rapidement
  • Se déplacer aux urgences uniquement quand c’est nécessaire
  • Pour un prix attractif et économique

Notre solution répond à
un besoin social

  • Parmi les pays de l’OCDE, la Suisse a le niveau le plus élevé  de participation individuelle privée empêchant un accès aux soins de base1: En 2012, 10% des suisses ne consultaient plus  un médecin à cause des coûts2, ce ratio a augmenté à 16.2% en 2016 et 20% en 2017
  • 56% des suisses ont une franchise à plus de CHF 3003

... Et à un besoin de
santé publique

  • Parmi l’OCDE, la Suisse a une haute densité de médecin par contre une proportion plus basse que la moyenne de généralistes1. Selon l’OBSAN2
    • 15% des généralistes actifs ont plus de 65 ans
    • 60% prendront leur retraite dans les 10 ans à venir
  • En moyenne, chaque suisse visite un médecin généraliste  2.4 fois par an, soit 19.2 millions de visites4 et il y aura un manque  de 12 millions de consultations d’ici 2030.

Aujourd’hui, la télémédecine
est déjà une réalité

Elle représente aujourd’hui entre 5 et 6’000 appels/jour (1.4 million par an) en Suisse et diminue d’autant le nombre de visites. De plus, 70% des appels peuvent être résolus directement alors que 30% nécessitent une visite chez un médecin par la suite.

 

1 OECD Health data 2015.
2 OBSAN Dossier 56, Clémence Merçay, Nov 2016.
3 Stat KV 2016, OFS 2018.
4 Le nombre est en réalité de 23.7 millions si on inclut les 16.2% qui ne vont plus chez le médecin.